Métro-boulot-dodo : comment en sortir ?

Expression inconnue il y a encore 50 ans, “métro-boulot-dodo” nous est de plus en plus familier.

Routine pour certains, prison pour d’autres, il semblerait que ces termes ont pour but de dénoncer le mal de ce siècle. Et s’ils reviennent aussi souvent, c’est parce que nous sommes beaucoup (si pas la totalité) à vouloir nous en échapper… pour de bon !

Ce qui se cache derrière ? Un besoin de plus en plus important de liberté.

Notre vie ne nous convient plus !

Et, malheureusement, il y a de quoi la trouver fade lorsqu’elle se résume à :

  1. Prendre le petit déjeuner (et encore si on trouve le temps !)
  2. Sauter dans sa voiture ou dans le premier métro
  3. Aller au travail
  4. Sauter dans sa voiture ou dans le premier métro
  5. Rentrer à la maison et faire à manger
  6. Dormir

Consommer toujours plus, travailler toujours plus, gagner toujours plus d’argent, etc. Comment trouver un sens à l’existence lorsque notre vie n’est rien d’autre qu’une succession de journées qui se ressemblent ? Ne peut-on pas imaginer une vie différente de celle-ci ?

Si vous vous reconnaissez dans ce cas de figure, il est normal de saturer. Surtout quand ce même rituel doit se prolonger jusque la retraite.

Et si vous êtes en train de lire cet article, c’est que vous refusez de faire partie des 99% de gens qui regrettent leur vie une fois qu’ils sont sur le point de rencontrer la mort.

Alors, comment sortir de ce cycle infernal ?

Découvrez les 8 étapes indispensables ! 

1. Prendre du temps pour réfléchir sur soi

Si vous avez l’impression d’être le nez dans le guidon et de ne pas voir le bout du tunnel, la première chose à faire est de vous accorder quelques jours pour vous afin de réfléchir à l’état actuel de votre vie et vous poser les bonnes questions :

  • Où en suis-je dans ma vie ?
  • Où est-ce que je veux aller ?
  • Qu’est-ce que je souhaite pour mon avenir ?
  • Dans quoi ai-je envie de m’investir ?

Et surtout la question la plus importante de toutes : “est-ce que ma vie actuelle me convient ?”

Savoir d’où vous venez et où vous voulez aller est la première étape pour commencer à vous en sortir.

Il est tout à fait nécessaire de réfléchir au mode de vie que vos parents, l’école ou la société vous ont inculqué.

Est-ce que vous l’avez choisi, ou est-ce que vous le subissez ?

2. Se reconnecter à son enfant intérieur

De quoi rêviez-vous lorsque vous étiez jeune enfant ?

Certains rêvaient de voyager dans l’espace, d’autres de changer le monde, de révolutionner la technologie ou la psychologie, il y en avait même qui ne souhaitaient qu’une seule chose : aider leur prochain.

C’est comme si un voile s’était posé sur nos yeux pour nous forcer à oublier nos désirs les plus profonds, tronqués contre une vie illusoire.

Réfléchir sur sa vie, c’est déjà être anticonformiste, car la plupart des gens ne pensent plus.

3. Vivre le moment présent

Beaucoup de personnes sont tournées vers le passé, beaucoup d’autres regardent vers l’avenir mais combien réfléchissent à leur présent ?

Les mêmes questions reviennent toujours en boucle : suis-je à la bonne place et qu’est-ce que je veux faire de ma vie ?

Si chaque humain s’écoutait vraiment, plus personne n’accepterait ce rythme de vie effréné et cette course contre la mort.

Combien de personnes redoutent la mort, mais combien ont peur de vivre ? 

Pourquoi ? Parce que dès la naissance, la société nous a promis un mode de vie très simple :

« Tu iras à l’école pour te préparer aux grandes études. Tu feras de grandes études pour te préparer à un bon boulot. Tu gagneras ton argent pour profiter de la vie et mettre de côté pour la retraite. Tu partiras à la retraite à 65 ans. Tu profiteras un peu du temps qu’il te reste puis tu mourras ».

Ce schéma de vie est d’autant plus vrai depuis l’ère industrielle. Répété de génération en génération, il n’est pas, ou très peu, remis en question.

Alors oui, entre toutes ces choses, nous avons bien des moments de bonheur entre amis ou en famille, mais que représentent-ils vraiment ?

Nous avons tellement l’habitude de courir partout que nous sommes beaucoup à ne pas vivre à fond ces moments, à ne pas profiter du moment présent.

Pour les plus lucides d’entre nous, cela crée une révolte comme si une injustice terrible ressortait des profondeurs. Pour d’autres, cela se transforme en névrose, en stress, en dépression, en burn-out.

Il faut avoir du courage pour se rendre compte que ce mode de vie ne nous correspond pas. Il faut du courage pour admettre que, depuis tout ce temps, nous ne vivons pas vraiment. En tout cas, pas comme on le devrait.

Et si vous êtes entrepreneure, vous pouvez déjà être fière d’avoir choisi une voie qui vous correspondait plus.

4. Ne pas avoir honte d’être un mouton noir

Une fois que vous aurez trouvé les réponses à ces questions existentielles, vous vous rendrez vite compte que les autres trouveront cela anormal.

La raison est très simple : cette société nous pousse à être conformistes.

Même au 21ème siècle, être différent, sortir des rangs et penser autrement est encore assez mal vu.

Le plus souvent, c’est inconscient. Mais comme la plupart des gens ne se posent pas de questions, ils sont persuadés que la vie de “métro-boulot-dodo”, même si elle est imparfaite, durera toujours. Pour eux, nous sommes utopistes, de doux rêveurs comme il y en a eu d’autres avant nous.

Par leur défaitisme, ils vous poussent à accepter et à penser comme eux.

N’avez-vous jamais entendu des phrases comme :

« Il y a des choses qu’on aime et qu’on n’aime pas dans la vie, tu dois faire avec. »

« Arrêter de rêver. Seulement une personne sur un million réussit ce que tu veux entreprendre.  »

« Tu ne peux pas gagner de l’argent en vivant de ta passion ! ».

Je suis sûre que si. Vous remarquerez que ces phrases varient étonnement entre « tu dois » et « tu ne peux pas ».

N’ayez pas peur d’être un mouton noir.

Ce n’est pas parce que 99% des gens agissent d’une façon que vous devez adopter ce mode de vie.

Vous avez le droit d’être qui vous êtes, même si cela signifie d’agir différement de la masse.

5. Remettre l’argent à sa place

Vous allez me dire « oui, mais j’ai besoin d’argent pour payer mes factures, mon loyer, de quoi manger, mes assurances, etc. ».

Oui, bien sûr. Je ne vous dis pas d’aller vivre dans la forêt, loin de toute civilisation.

Mais vous devez remettre l’argent à sa place. L’argent n’est qu’un moyen pour obtenir des choses. Un moyen parmi tant d’autres.

Vous pouvez vous inspirer des personnes qui vivent grâce aux dons, qui se sont mis à faire du troc, qui ont construit une maison 100% autonome afin de subvenir aux besoins vitaux tels que l’eau, la nourriture et l’énergie.

Tout le monde n’est pas fait ou n’a pas les moyens de faire cela mais étudier des voies alternatives vous permettra d’ouvrir le champ des possibles.

Vous n’avez pas besoin de millions d’euros pour vivre confortablement, pas plus que vous n’avez besoin de travailler 40h semaine.

L’argent ne doit pas être une fin en soi. Car vous le savez comme moi, vous n’emporterez pas un centime avec vous dans la tombe mais vous partirez avec ce que vous aurez construit de votre vie.

6. Changer sa vision par rapport au travail

De même que pour l’argent, vous devez également réfléchir à votre façon de voir le travail. Vivez-vous pour vous, ou pour votre travail ? Quelle place accordez-vous au travail dans votre vie ?

Si vous vous rendez compte que le travail prime sur tout, même sur votre vie de famille et votre couple, alors il y a un problème.

7. Ne pas être réaliste

La plupart des gens vous diront que changer de vie est impossible. Qu’il faut bien travailler pour vivre, que vous ne pouvez pas changer du jour au lendemain, que ça ne marchera jamais. Et surtout : qu’il ne faut pas prendre de risques. La routine est bien plus rassurante parait-il. 

Ces mêmes gens se prétendront réalistes et vivre avec les réalités d’aujourd’hui.

Pourtant, vous comprendrez vite qu’ils projettent sur vous leurs propres peurs. S’ils n’ont jamais osé être eux-mêmes, comment vous encourager à choisir cette voie plutôt que la soumission à un système qui ne vous convient plus ?

Ils ne le peuvent pas.

Vous devez donc oublier cette idée de réalisme car c’est un non-sens.

8. Ouvrir son esprit

Ce point pourrait être la conclusion de tout ce qui a été abordé dans cet article.

Pour sortir du mode de vie métro-boulot-dodo, il n’existe qu’une seule règle générale : ouvrir votre esprit !

Changer sa vision par rapport à la vie, par rapport à l’argent, par rapport au travail, réfléchir sur vous-même et en tirer les conclusions nécessaires demandent une ouverture d’esprit que la plupart des gens n’ont pas.

Si vous ouvrez les yeux, vous verrez qu’il y a mille et une possibilités différentes de vivre votre vie.

Il vous suffit de cueillir ces opportunités en osant dire STOP à votre vie actuelle si elle ne vous convient pas.

Vous êtes le seul maître à bord.

Abonnez-vous à notre newsletter et ne manquez aucune de nos activités !