Le corps : ce lien à l’âme

Notre corps est le lieu de toutes nos croyances et de tous nos doutes. Il est le réceptacle de nos fragilités, de nos peurs, de nos lignées.

On en oublie souvent sa présence et son existence tant nous sommes focalisés sur le mental, la connaissance, la réflexion, l’intelligence, sur l’apparence et le regard des autres.

Nous le considérons comme un objet que finalement nous ne connaissons pas bien, avec les exigences que l’on attend de lui en termes de performances et de perfections intellectuelles et physiques.

Il est souvent perçu comme un poids à porter toute sa vie sans apprendre à le connaître. Une séparation, une dualité, une enveloppe méconnue qui nous détourne de notre âme.

Quelle relation entretenons-nous avec notre corps ?

Lorsque la communication est rompue avec notre corps, causée par une situation, un environnement ou des relations toxiques, il nous le fait savoir.

Il réagit immédiatement aux signaux extérieurs qui nous contrarient.

D’abord par des signaux subtils et sensibles, des perceptions, des sensations désagréables. Ensuite, notre couche émotionnelle réagit, par des émotions injustifiées, frustrées ou inconfortables qui nous mettent en colère, ou en tristesse.

Quand les signaux touchent le corps physique, ce sont des tensions musculaires, un poids sur la poitrine, la gorge serrée qui sont autant d’indices qui se manifestent et touchent le corps physique pour nous faire réagir. Si nous n’y prêtons pas attention, ces signaux augmentent, sont subis et peuvent se traduire de mille façons par des pathologies sur les organes ou finalement par des maladies.

Elles se manifestent encore… en corps ! Le corps s’efface face au discours que nous posons sur lui.

Bruno Latour, philosophe, disait à propos du corps malade :

« Être malade c’est se trouver dans une situation qui oblige à réfléchir. Surtout lorsqu’il s’agit d’une de ces maladies bizarres dont on ne souffre pas directement, sinon à cause des effets secondaires des traitements. Je me trimballe mon corps, je l’amène chez le médecin, comme si c’était une mécanique et j’attends du médecin qu’il le répare… »

On s’est perdu.

Et si un retour au corps était le chemin d’union ?

Créer et recréer le lien entre le corps et l’esprit, c’est trouver l’endroit de connexion pour se trouver et se retrouver !

C’est être le prolongement énergétique, spirituel, émotionnel et corporel qui nous relie à notre âme. C’est être dans l’abandon et la confiance pour reconnaître nos désirs et nous relier à nos sensations.

L’endroit de bascule pour se toucher au plus profond. C’est enfin s’entendre et créer un dialogue avec soi-même. C’est être dans la transparence avec nous-même pour rayonner !

Le corps a des choses à nous dire !

Véhicule sacré qui nous accompagne de notre naissance et tout au long de notre vie jusqu’à la mort, c’est celui qui nous porte avec amour et tendresse, douceur et respect.

Avec notre corps, on vit, on apprend, on rencontre, on sent, on souffre, on rit, on jouit, on meurt. On se connecte à notre grand tout. C’est notre rencontre !

Le corps est le véhicule de l’être au monde, disait Merleau-Ponty. Une boussole qui nous oriente de l’intérieur, par la perception, qui nous enveloppe comme un complice.

Quand on se perd, on ne sait plus qui nous sommes car être, c’est être en chair.

Changez de point de vue et prenez conscience de l’importance de ce corps, transformez vos perceptions, prenez la mesure de ce corps qui vous porte, écoutez-le suffisamment pour enfin l’entendre.

N’oubliez pas de vivre, d’oser, d’être ! Aujourd’hui bien plus qu’hier. Le monde change, prenez votre place !


Caroline D’haegeleer – Consultante en style et en image de soi – CD à renaître et à rayonner©

https://www.renaitre-et-rayonner.be/

Restez informée de notre actualité !

Abonnez-vous à notre newsletter et ne manquez aucune de nos activités !